Port Royal des Champs

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Programmation Ateliers Tout Public Démonstration de taille

Démonstration de taille

 taille tete de page site

Atelier d'horticulture

Samedi 9 décembre 2017

 

alt

 

Le samedi 9 décembre de 14h à 17h aura lieu, comme chaque année, une démonstration de taille des poiriers palissés et de plein vent du verger de Port-Royal des Champs.

organisée par les amis du dehors avec les Croqueurs de pommes.

 

Inscription obligatoire

Gratuit/Tout public

Réservations au :

06 80 94 95 76 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Présentation

Le verger de Port-Royal est un verger historique et conservatoire reconstitué entre 1995 et 1999. Il évoque l’ancien verger créé par Robert Arnauld D’Andilly de 1646 à 1648: c’était un verger-vitrine, chef-d’œuvre horticole des solitaires jardiniers, mais probablement aussi un verger pédagogique en lien avec les Petites écoles de Port-Royal.

Pourquoi taille-t-on les arbres ?

Pour permettre à l’arbre d’avoir plus de fruits et de rester en bonne santé. Comme à l'époque, on peut encore aujourd'hui apprendre la taille d'un verger sur les lieux.

Comment un arbre produit-il ses fruits ?

Suite à la pollinisation*, une fleur apparaît. Les pétales devenus inutiles se détachent grâce à la zone d’abscission (zone prédécoupé) située à leur base; les étamines flétrissent, restent un temps attachées ; les sépales*, généralement, demeurent. C’est le moment de la nouaison*, c’est-à-dire le tout début d’une série de transformations aboutissant au fruit. Il contiendra les graines qu’il a en charge de protéger et dans certains cas de disséminer. La formation du fruit vient essentiellement de la transformation et de la croissance de l’ovaire. Elle est consécutive à la pollinisation, et les fleurs non pollinisées, se détachent.

Les éléments fertiles d’un arbre sont les dards et les brindilles.

L’évolution d’un dard* :

Les dards sont des organes principaux de la fructification. On devra toujours les laisser intacts à l’époque de la taille, car ils se transforment en boutons à fleur sans qu’on les y aide.
Il est terminé par un œil pointu, un peu comme une mine de crayon taillé. Il pourra s’arrondir selon l’influence qu’il aura subie. Son évolution est très lente.
La vocation du dard peut être modifiée, c’est un organe indécis dont on peut faire changer la destinée en lui envoyant trop de sève par une taille ou des pincements excessivement sévères ; il devient alors un bourgeon vigoureux qui donne feuilles et bois.

Brindilles* et brindilles couronnées* :

Une brindille, quelque fois à l’origine organe à bois, fait partie des branches à fruit ; c’est un petit rameau* de 10 à 15 cm que l’on retrouve le plus souvent dans les arbres ayant déjà entamé le processus de fructification.
Elle peut être, comme le dard, terminée par un œil à bois* ; on l’appelle brindille couronnée.
Ces brindilles ne devront jamais être taillés la première année. On les retrouve sur toutes les parties des branches. N’ayant que peu de disposition à pousser à bois, elles sont une des premières ressources pour la fructification.

Les boutons produisant les fruits :

Le bouton à fleur ou bouton à fruit*, ou encore lambourde*, se présente un peu comme un dard. Il en est d’ailleurs une évolution.
Dans les arbres fruitiers à pépins, les boutons floraux se trouvent sur le vieux bois à l’état normal.
Après la fructification, la lambourde prend le nom de bourse*, elle se présente comme un petit renflement tronqué et charnu, très tendre, au point d’attache des fruits.
La pratique de la taille de fructification a toujours pour objectif la sauvegarde de ces organes à vocation fructifère, tout en permettant le rajeunissement de ces petites branches à fruits nommés coursonnes*. Ces dernières, quand elles ont produit une fois, donneront toujours.

IMG 0028

 Comment effectuer une bonne taille ?

1° Avoir les bons outils :

- scie (de préférence pour une coupe plus nette)

- sécateur

 

2° Définir le type d’arbre (conduite)

Il y a trois types de conduite d’arbres dans ce verger :

– Plein vent (pruniers : reine-claudes, quetsches, mirabelles, …), à l’angle des carrés de plantations.
Cette forme est généralement conduite sur un tronc assez haut mais peut s’établir sur demi-tige
(un mètre trente à un mètre quarante) ou sur basse tige (soixante centimètres environ). C’est la forme de plein vent qui représente le mieux la végétation naturelle d’un arbre fruitier. Le nombre de charpentières* partant sensiblement d’un même point est de cinq, six ou sept et leur direction dans l’espace n’est pas vraiment définie à l’avan-
ce. Ces charpentières se divisent plusieurs fois pour constituer une végé-
tation qui se distribue autour de l’axe du tronc et au-dessus.

– Gobelet en buisson (poiriers de variété ancienne), à l’intérieur des parterres.
Forme sur un tronc de cinquante centimètres sur lequel prennent naissan-
ce cinq ou
six charpentières légèrement inclinées et réparties de façon sy-
métrique en formant un cercle au milieu duquel l’axe imaginaire est à la verticale du tronc ; le centre de l’arbre est vide de toute végétation. Les charpentières sont garnies de sous-charpentières réparties régulièrement sur leur longueur.

– Espalier (abricotier, pêcher, …), le long du mur nord.
Un espalier peut être planté contre un mur ou supporté par des rangées de fils de fer : on parle alors de contre-espalier. Le mur permet de réflé-
chir la lumière et retient la chaleur la nuit. Ces deux paramètres permet-
tent à un arbre en espalier de croître dans un climat froid où un arbre 'normal' ne pourrait pas survivre. À Port-Royal les arbres sont accrochés à l’ancienne, 'à la diable', attachés contre le mur 'à la loque' (bout de tissu).

3° Tailler

Taille en fonction de la conduite définie.

        • La taille des arbres à pépins de plein vent

Une fois l’arbre en place et bien installé, les premières tailles ont pour but de donner aux branches une tournure régulière. La production a-
morcée, il suffira d’une visite tous les deux ou trois ans pour retran-
cher les branches inutiles ou fatiguées et faciliter la circulation de la lumière dans les parties diffuses ; le cœur de l’arbre sera libéré, et les branches bien peignées. Faire attention à ce qu’il n’y ait pas trop de fruits sur l’arbre, au risque de le fatiguer. La taille s’effectue jusqu’au 15 mars.

Taille longue et taille courte :
La taille longue favorise la mise en fruits, sans exciter le développe-
ment des brindilles* gourmandes* placées en général verticalement, dans l’axe du tronc. Coupe nette, près du bourgeon à 10-15 cm.
On taille longs des poiriers greffés sur franc*, destinés aux grandes formes, et on taille courts ceux destinés aux petites formes, greffés sur cognassier pour les poiriers.
On taille plus long en situation froide et plus court dans une situation chaude.
Plus l’arbre est faible, plus on ressert les branches; plus il est fort, plus on met les branches à l’horizontal.

        • La tailles sur les espaliers à pépins

Le poirier est l’espèce idéale pour apprendre à reconnaître les arbres prêts à fructifier. Fin mars début avril, la définition des différents organes est facilement reconnaissable.
L’arbre doit être bien plaqué contre le mur. Mais il ne faut pas trop resserrer les branches les unes contre les autres.
La taille de la branche à fruit doit être proportionnée à sa vigueur et à celle de l’arbre. Il importe de ne laisser qu’un nombre de boutons à fleur en rapport avec cette vigueur car, dans le cas contraire, la branche finit par s’épuiser.
Il y a lieu, à ce moment-là, de la réduire sévèrement pour qu’elle se réorganise en bois, puis en fruit, en la simplifiant.

À savoir :
Il ne faut pas laisser pousser trop de charpentières: 7 à 8 suffisent.
Il faut faire attention à ce que l’air et la lumière passent. Le bas doit pouvoir se dégager de l’arbre.

 

doc00833620140120151322 001

 

Lexique

Bourse : C’est la partie renflée sur laquelle est fixé le pédoncule des fruits au moment de la récolte. On la trouve donc à l’extrémité d’une lambourde ou d’une brindille couronnée de l’hiver précédent. Elle peut avoir donné naissance à deux productions en associant dard, lambour-
de, brindille couronnée ou brindille simple. C’est un organe à supprimer dès que cela est possible pour éviter qu’une succession de bourses ne soit néfaste à la circulation de la sève.

Bouton à fruits/bourgeon à fleurs : Plus volumineux que l’œil à bois, il est renflé et arrondi ; il contient les ébauches florales, ainsi qu’un ou deux yeux à bois et toujours plusieurs fleurs (de sept à quinze, voire plus pour certaines variétés).

Brindille simple : D’une longueur de dix à trente centimètres en mo-
yenne, elle peut être fine, grêle et flexible; elle a la forme d'une ligne brisée. Son extrémité est terminée par un œil à bois et elle en porte plusieurs placés sur sa longueur de façon latérale.

Brindille couronnée : D’une longueur de dix à trente centimètres en moyenne, elle porte un bouton à fruits à son extrémité ; sa vigueur est semblable à celle de la brindille simple. Suivant la variété, elle porte un ou plusieurs boutons à fruits placés latéralement sur la partie supéri-
eure. C’est un organe de fructification majeur.

Carpelle : Enveloppe protectrice du pistil.

Charpentière : Branche mère d'un arbre, gros bois.

Coursonne : C’est une partie de bois âgé insérée sur une charpentière ou sous-charpentière et sur laquelle prennent naissance les organes de production : dard, lambourde, brindille, etc. C’est l’ensemble qui consti-
tue la coursonne. Pour certaines formes fruitières ayant des dimensions plus importantes, elle sera appelée « branche fruitière ».

Dard : D’une longueur d’un à cinq centimètres, il se termine par un œil à bois. Suivant sa longueur, il porte quelques yeux à bois latéraux. Le dard à écorce lisse est âgé de plusieurs années. Très rarement, sur quelques variétés, le dard peut être épineux, c’est-à-dire se terminer par une pointe aiguë, l’œil à bois ayant avorté.

Gourmand : Sa longueur est toujours importante. Il pousse générale-
ment sur des bois âgés, et atteint parfois trois mètres de longueur. La présence de gourmands dénote en fait une anomalie de végétation (con-
centration de sève provoquée par un déséquilibre). La croissance de gourmands de façon régulière et annuelle est normale. Ils sont plus souvent supprimés à la base ou pincés en végétation à cinq ou six feuilles pour les faire se ramifier.

Greffage :Opération qui consiste à implanter dans les tissus d’une plante un bourgeon ou un fragment quelconque, prélevé sur une autre plante ou de la même plante, pour que celui-ci continue à croître en faisant corps avec la première. La greffe est le résultat de cette opération.

Lambourde : D’une longueur d’un à cinq centimètres, elle se termine par un bouton à fruits. Suivant sa longueur, elle peit porter des yeux à bois latéraux. C’est un organe de fructification important.

Nouaison : Phase initiale de la formation du fruit. C’est le moment où l’ovaire de la fleur se transforme en fruit après la fécondation.

Œil à bois : Petit, conique, pointu, on le trouve durant les végétations à l’aisselle des feuilles. Il donne une pousse feuillée, et possède la faculté de pouvoir se transformer en bouton à fruit. S’il est placé à la base d’un rameau, il est appelé 'stipulaire'. S’il accompagne un autre œil à bois, on le nomme 'axillaire'. Certains yeux à bois sont invisibles mais on devine leur emplacement aux rides que forme l’écorce sur le bois de plusieurs années : ce sont des yeux latents.

Ovaire :Partie inférieure du carpelle qui forme une cavité close abritant les ovules dans une loge unique (ovaire uniloculaire) ou plusieurs loges séparées (ovaire pluriloculaire).C’est l’ovaire qui, après maturation, donne les fruits : orange, grain de raisin, gousse du petit pois ou des haricots en grain, &c.

Pollinisation :Mode de reproduction de la plupart des fleurs. Lors de la pollinisation, le pollen est transporté de fleur en fleur par plusieurs mo-
yens différents (abeilles, certains oiseaux, &c).
Une fois le pollen dans la plante, il y a fécondation ; celle-ci donne une fleur.

Rameau à bois : D’une longueur variable suivant les variétés (quaran-
te à quatre-vingts centimètres), il porte un œil à bois à son extrémité, rarement un bouton à fruits. C’est l’organe essentiel pour la formation des arbres fruitiers.

Rameau anticipé : De longueur variable, il pousse sur les rameaux de l’année ayant une bonne vigueur. Il peut être un organe de secours pour la taille de formation.

Sépale :éléments foliacés, généralement verts, dont la réunion compo-
se le calice et supporte la corolle de la fleur.

taille pied de page site