Port Royal des Champs

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Programmation Conférences Colloque Du monde au désert

Colloque Du monde au désert

alt

alt                                               alt

Du monde au désert, l’aspiration à la solitude au XVIIe siècle

 

Institut catholique de Paris (ICP/unité de recherche « Religion, culture et société » EA 7403)

Musée national de Port-Royal des Champs

 

21 mars 2019 à l'institut catholique de Paris
22 mars 2019 au musée national de Port-Royal des Champs

 

Comité scientifique

Nathalie Nabert, institut catholique de Paris, CRESC
Pascal Pradié (osb), CRESC, attaché de recherches au CNRS/CRAHAM
Jean-Robert Armogathe, école pratique des hautes études, président de la Société d’étude du XVIIe siècle
Gérard Ferreyrolles, Paris IV –Sorbonne
Philippe Luez, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de Port-Royal des Champs

 Colloque des 20 ans du Centre de recherches et d’études de spiritualité cartusienne (CRESC)

sous la direction de Nathalie Nabert

 

 

Dans la première moitié du XVIIe siècle, un véritable engouement apparaît pour la vie contemplative et solitaire, en dehors des ordres constitués. Cet engouement touche des femmes du siècle, d’anciens militaires, des laïcs, avocats, chevaliers, seigneurs de province, clercs qui, tout en souhaitant mener une vie intérieure plus dense et plus contemplative, ne s’engagent pas dans les ordres monastiques. Ils se retirent du monde, totalement ou partiellement, dans des lieux isolés, parfois éloignés des villes et s’engagent au silence, à la prière et à la conversion de leurs mœurs. Ils rejoignent les solitaires de Port-Royal, comme Pierre-Thomas du Fossé, ou fondent, pour certains, de nouvelles communautés, tel Jean de Bernières-Louvigny, Trésorier du roi de France, membre laïc du Tiers-Ordre franciscain, qui fonda à la fin de sa vie l’ermitage de Caen.
Cet univers de l’entre-deux, du monde au désert, se constitue de façon pérenne dans un contexte encore marqué par le souvenir de la Ligue et bientôt confronté à la Fronde. Il s’élabore dans une période où le sentiment religieux s’individualise et s’approprie la mystique Rhéno-flamande et la Devotio moderna dont la chartreuse de Paris - qui fut une des grandes inspiratrices du désir de retrait du monde - favorisera la diffusion en français.
Ces nouveaux convertis s’attachent donc à la contemplation mais aussi à la doctrine de la pauvreté volontaire, dans la mouvance franciscaine, comme Gaston de Renty qui se retirera de la vie militaire, en Normandie, pour se consacrer aux pauvres.
Tous sont attirés par la doctrine de l’abandon véhiculée par les écrits de Benoît de Canfield, de Surin et, plus tard, de Madame Guyon, ce qui vaudra à certains d’entre eux la méfiance de l’autorité ecclésiale, voire la condamnation pour quiétisme. Il s’agit avant tout de fortes personnalités qui iront jusqu’au bout de leur projet, parfois en marge des institutions, comme Jean de Labadie.
L’aspiration à la solitude, à travers ses modèles institutionnels et leur dépassement, et sa réinvention permanente posent ainsi la question de la liberté de l’Homme face aux enjeux de sa foi et de son engagement sociétal dans un XVIIe siècle commençant, marqué, comme le soulignait Henri Bremond, par l’invasion mystique. Et, au-delà des cas de figure étudiés au cours de la première journée, c’est toute une tradition esthétique du retrait du monde qui se laisse percevoir et qui perdurera dans les milieux laïcs où, progressivement, retraite et contemplation de la nature se rejoignent, laissant un patrimoine architectural et pictural riche qui sera évoqué au cours de la seconde journée.

Jeudi 21 mars 2019 (institut catholique de Paris)

9h00 accueil et présentation de la journée par Nathalie Nabert

Matinée: De l’institution et des hommes

Présidence : Jean-Robert Armogathe, école pratique des hautes études, président de la Société d’étude du XVIIe siècle

9h30 L’influence de la Ligue sur le renouveau mystique du XVIIe siècle
Jean-Marie Constant, professeur émérite de l’université du Mans, président honoraire de la Société d’étude du XVIIe siècle

10h00 Le modèle cartusien et le rayonnement de la chartreuse de Paris comme source d’inspiration au retrait du monde
Nathalie Nabert, institut catholique de Paris, CRESC

10h30 pause

Présidence : Laurence Plazenet, université Auvergne Clermont-Ferrand, présidente de la Société des amis de Port-Royal

10h45 Les capucins français et leur rapport à la solitude au début du XVIIe siècle
Pierre Moracchini, école franciscaine de Paris

11H15 Contemplation et « vie commune » chez Monsieur Bertot et Madame Guyon
Dominique Tronc, éditeur critique des œuvres de Madame Guyon

 11h45 - 12h00 débat

 Après-midi: Des hommes et Dieu

Présidence : Pascale Thouvenin, université de Bretagne occidentale

14h00 Le désir de retraite au début du XVIIe siècle : La figure d’Antoine Le Maistre
Jean Lesaulnier, CNRS

14h30 Les figures de l’anachorèse dans Le paradis de la solitude (1624) de Michel de Sainte-Sabine
Christian Belin, université Paul Valéry, Montpellier

15h00 Jean de Labadie, La solitude chrétienne (1645)
Jean-Robert Armogathe, école pratique des hautes études, président de la Société d’étude du XVIIe siècle

15h30 pause

Présidence : Christian Belin, université Paul Valéry, Montpellier

16h00 Jean de Bernières et l’ermitage de Caen, intériorité mystique et action dans la Cité
Jean-Marie Gourvil, ancien directeur des études à l’IRTS-Normandie/Caen

16h30 Gaston de Renty et la solitude
Bernard Pitaud (pss), ancien directeur de l’institut de formation des éducateurs du clergé

17h00 L’expérience de la solitude chez les mémorialistes de Port-Royal (Pierre Thomas du Fossé, Louis de Pontis, Nicolas Fontaine , Claude Lancelot, Jean Hamon)
Pascale Thouvenin, université de Bretagne occidentale

17h30 - 17h45 discussion

Conclusions: Laurence Plazenetuniversité Auvergne Clermont-Ferrand, présidente de la Société des amis de Port-Royal

 

Vendredi 22 mars 2019 (musée national de Port-Royal des Champs)

 9h30 départ en autocar de l'institut catholique de Paris vers Port-Royal des Champs

Matinée: Esthétique et imaginaire de la solitude

 10h30 L’iconographie des Pères du désert, point de contact entre les milieux cartusiens et séculiers
Pascal Pradié (osb), CRESC, attaché de recherches au CNRS/CRAHAM

11h L’Apologie de la solitude dans les quatre Paysages avec des saintes au désert, peints par Philippe de Champaigne (1602-1674) pour l’abbaye bénédictine du Val-de-Grâce de Paris
Vincent Simonet, conservateur en chef des Monuments historiques, DRAC de Normandie, site de Rouen

11h30 Conférence de clôture : L’esprit de solitude à Port Royal, la structure d’un désert
Philippe Luez, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de Port-Royal des Champs

11h45 - 12h00 discussion

déjeuner

14h00 visite de Port-Royal des Champs

16h30 départ en autocar de Port-Royal des Champs vers l'institut catholique de Paris

 

Inscription gratuite obligatoire : https://colloque-cresc-solitude.eventbrite.fr