Port Royal des Champs

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Histoire Repères Chronologiques

1625 (16 décembre) : Lettres patentes

Lettres patentes du roi Louis XIII sur la translation du Monastère de Port-Royal des Champs en la ville de Paris

Louis, par la grace de Dieu Roi de France & de Navarre, à tous présens & à venir Salut. Encore que toutes les actions qui tendent à la gloire de Dieu & /414/ à l'avancement de son service soient grandement à estimer, celles qui sortent de personnes illustres sont d'autant plus recommandables que leur condition est plus éminente. Et quand ceux que Dieu élève aux dignités souveraines s'employent en de si bonnes oeuvres, la divine majesté est beaucoup plus glorifiée & l'édification plus grande entre les peuples, à cause que ceux qui sont au comble des prospérités temporelles rendent par cette reconnoissance un singulier honneur à Dieu, aux pieds duquel ils offrent les grandeurs qu'ils ont reçues de Lui, & attirent Ses bénédictions sur leur règne; & la force de ces exemples oblige les sujets par une douce contrainte à l'imitation de la piété qu'ils voyent reluire dans leurs Princes.

C'est pourquoi nous ayant été représenté par la Reine notre très honorée Dame & mère, que pour reconnoître aucunement les graces que Dieu lui a faites, elle procureroit volontiers que la discipline régulière & l'ancienne piété fût rétablie dans tous les Ordres ; même en celui de S. Bernard auquel elle a une dévotion particulière & specialement ès maisons des Religieuses dudit ordre, la réforme desquelles commence à s'avancer, de telle sorte qu'il y a sujet d'espérer dans peu de tems un très grand progrès, s'il nous plaît d'appuyer de notre protection le zèle & le soin des personnes qui s'y employent, entre lesquelles il n'y en a aucune qui ait plus dignement & heureusemen travaillé à rétablir l'étroite observance de la Regle dudit Ordre, que notre chère & bien amée soeur Angélique Arnauld, Abbesse /415/ de Notre-Dame de Port-Royal, laquelle par sa conduite & piété a remis ladite Abbaye en une entière réforme: ce qui nous donne sujet de louer Dieu & de maintenir une si bonne oeuvre. Mais d'autant que ladite Abbaye est située au milieu des bois, en lieu fort marécageux & si mal sain que la plupart des religieuses ne peuvent guère vivre, éloignées de maisons, de vommages, d'assistance, & sont exposées à tous les accidens d'un lieu désert, même aux desordres des gens de guerre, notre dite très honorée Dame & mere nous a fait entendre qu'elle desiroit suivant les Constitutions Canoniques faire transporter en cette ville de paris, ou aux Fauxbourgs d'icelle, ladite Abbaye & les Religieuses de Port-Royal, & y fonder & faire construire un Monastere avec l'Eglise, batimens & Offices necessaires, si notre bon plaisir étoit de le lui permettre.

Savoir faisons qu'inclinant volontiers à la supplication de notre très honorée Dame & mere, & de notre grace speciale, pleine puissance & autorité royale, par ces presentes sigénes de notre main, nous lui avons permis & permettons du consentement de notre amé & feal l'Archevêque de Paris, d'ériger & de faire ériger, fonder & arrenter, bâtir & édifier ledit Monastere & Abbaye en cette ville de paris, ou aux Fauxbourgs d'icelle, & y faire transporter lesdites Religieuses, Abbesses, & Couvent de Notre-Dame de Port-Royal. Voulons & nous plaît que ladite Abbaye continue d'être dite, tenue & estimée de fondation royale, & qu'elle jouisse de tous & /416/ chacun les droits & privileges dont jouissent les autres Maisons & Familles religieuses fondéees par les Rois nos predecesseurs & nous, laquelle dès a present avec tous les biens, droits, rentes, revenus & heritages qui lui appartiendront ci-après, nous avons pris & mis, prenons & mettons en notre sauvegarde speciale, defendons à toutes personnes de quelque degré, qualité & condition qu'elles soient de donner empêchement à la fondation & arrentement de ladite Abbaye & construction des lieux qui lui seront necessaires, sous quelque pretexte ou occasion que ce soit. Si donnons en mandement à nos amés et feaux les gens tennant notre Cour de parlement de paris, Prevôt dudit lieu ou son Lieutenant, & à tous nos Juges & Officiers qu'il appartiendra, que ces presentes ils fassent lire, publier & enregîstrer, & du contenu en icelles jouir & user ladite Abbesse, les Religieuses & Couvent, cessant & faisant cesser tous troubles & empêchemens au contraire. Car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme & stable a toujours, nous avons fait mettre notre scel à ces dites presentes, sauf en autres choses notre droit & l'autrui en toutes.

Donné à Paris, au mois de Decembre, l'an de grace 1625 & de notre regne le 16.

signé : LOUIS

et sur le repli : par le Roi. Signé, le Mercier, avec paraphe.

Et ensuite : Registréess, ouï le Procureur général du Roi, pour jouir par les impetrantes de l'effet & contenu en icelles, aux charges, clauses & conditions portées par les /417/ consentemens baillés par ledit Sieur Archevêque de paris & le General de l'Ordre.

A Paris, en Parlement, le 16. Fevrier 1626

Signé : du Tillet, avec paraphe.

 

Sources :
Mémoires pour servir à l'histoire de Port-Royal et à la vie de la reverende Mere marie Angelique de Sainte Magdeleine Arnauld, Reformatrice de ce monastere, Utrecht, aux dépens de la Compagnie, 1752, tome 1, p. 413-417.

[Pierre Guilbert]. Mémoires historiques et chronologiques sur l’abbaye de Port-Royal des Champs, t. 2, 1er partie, Utrecht, s.n., 1759, p. 227-229.