Autour du saint Jérôme de Guido Reni
Expositions
16 mai – 8 septembre 2014
Autour du saint Jérôme de Guido Reni
Autour du saint Jérôme de Guido Reni
Musée - Salle 5
Autour du saint Jérôme de Guido Reni

Organisée par le musée national de Port-Royal des Champs et la Commune de Magny-les-Hameaux.

© mairie de Magny-les-Hameaux / Christian Lauté

Commissaires

Cecile Garguelle, attachée de conservation
Philippe Luez, directeur du musée de Port-Royal

16 mai – 8 septembre 2014

Autour du saint Jérôme de Guido Reni

Informations

Au cours de la restauration dont il a été l’objet en 2012-2013, le Saint Jérôme de l’église Saint-Germain-de-Paris à Magny-les-Hameaux s’est révélé être un tableau du XVIIe siècle, et a pu être attribué à l’atelier de Guido Reni.

Cette œuvre majeure est présentée au musée national de Port-Royal des Champs avant de reprendre sa place dans l'église Saint-Germain-de-Paris à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine.

Guido Reni est un peintre italien de l'école de Bologne. Il fut élève en 1595 à Bologne des Carrache, qui préconisaient un retour au réalisme en réaction contre le maniériste de la fin du XVIe siècle. Il se rendit à Rome en 1601 pour étudier les œuvres de Raphaël, mais il y découvrit les œuvres de Caravage. Il perfectionna son propre style : réalisme tempéré aux lignes épurées, forts contrastes de lumière et transparence des couleurs. Guido Reni connut rapidement un immense succès, dans les cercles artistiques de Rome et de Bologne, et ses œuvres furent recherchées par toute l'Europe.

Saint Jérôme

Saint Jérôme, né d’une riche famille romaine, vécu en ermite au désert de Chalcis en Syrie au IVe siècle. Il fut vers 382 chargé parle pape Damase d’établir le texte officiel de la Bible latine. Sa traduction prit au XIIIe siècle le nom de Vulgate et fut déclarée canonique parle Concile de Trente (1545-1563).

Saint Jérôme est généralement représenté comme un vieillard, assis au fond d’une grotte avec une Bible ouverte et un crâne. Il se frappe la poitrine avec une pierre pour se mortifier.

L'ombre des Solitaires de Port-Royal

Si ce tableau figure bien sur les inventaires dressés en 1905, il n’y a, pour le moment, aucune trace de son entrée dans l’église. Ce tableau a-t-il été donné par un paroissien au XIXe siècle ? Provient-il d’une donation plus ancienne liée à la présence de l’abbaye sur le territoire de la paroisse ? Saint Jérôme, ermite ascète et contemplatif, retiré au désert, méditant les Ecritures n’est pas sans évoquer la retraite d’illustres Solitaires de Port-Royal-des-Champs, tels que Robert Arnauld d’Andilly, qui installés dans l’ancienne abbaye abandonnée des religieuses, se livrèrent à des travaux d’érudition, à la traduction de la Bible et des Pères de l’Église, à la réécriture de la vie des saints.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .

Cette restauration a été réalisée de novembre 2012 à juin 2013 par:

Michel Huet (support), Marie-Paule Barrat (couche picturale) et Jean-Pierre Galopin (cadre).

Suivi scientifique et technique : Cécile Garguelle-Hébert, attaché de conservation du patrimoine, conservateur délégué des antiquités et objets d’art.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .

Cette œuvre a été restaurée avec le soutien du Conseil général des Yvelines, dans le cadre du dispositif d’aide à la restauration du patrimoine mobilier, le Conseil général des Yvelines finance 70 % des frais de restauration, les 30 % restants, étant à la charge de la Commune. Le Service du Patrimoine monumental et mobilier de la Direction des Archives, du Patrimoine, de l’Archéologie et de la Culture (DAPAC) assure le suivi scientifique et technique.